Le Cahier de la Ressource en Eau

The Caribbean Geophysical and Numerical Research Group (Le Groupe de Recherche Caribéen en Géophysique et Systèmes Numériques) est fier de vous annoncer la parution du premier cahier sur la ressource en eau de la Guadeloupe édité par l’OREC Guadeloupe intitulé : « LA RESSOURCE EN EAU ET LE CHANGEMENT CLIMATIQUE »

Ce document est le fruit d’un travail collaboratif du comité technique sur la ressource en eau du Groupe Régional d’Expert du Climat (GREC) Guadeloupe composé d’une dizaine de membre provenant de l’Université des Antilles, du BRGM, de l’IPGP-OBSERA, l’INRAe, Flè Kawbon, Office de l’Eau Guadeloupe, de TCGNRG et encadré par l’OREC Guadeloupe (Mesdames Cynthia Bonine et Amélie Belfort).

La rédaction du document a été confiée à Jean-François Dorville et Romain Rochette qui n’a malheureusement pas pu aller au bout du projet par manque de temps.

Le document est destiné aux institutions et au grand public. Il fait un inventaire de la ressource disponible, présente les projections climatiques et leurs effets attendus mais aussi les actions possibles pour les atténuer.

Le document est composé de 40 pages, 22 illustrations, 4 tableaux et 20 photographies. Il est organisé en quatre grandes parties :

  • Une présentation du climat de la Guadeloupe et ses principales caractéristiques
  • Un inventaire de la ressource en eau, principalement celles qui bénéficient d’un suivi administratif
  • Une présentation des prévisions climatiques, essentiellement provenant des projections à l’horizon 2080 du projet C3AF (scénario GIEC RCP8.5) et ces effets attendus sur la ressource et les usages de l’eau
  • Une présentation des leviers d’action, les moyens et les méthodes disponibles pour atténuer les effets avenir.

Le document est librement téléchargeable sur le lien suivant : Cahier_de_l_eau

TCGNRG espère qu’il deviendra un document de référence pour la grande région Caraïbe. Nous restons disponibles pour répondre à toutes questions sur ce sujet (contact@tcgnrg.com).

Lien YouTube de présentation de la vidéo sous-titré

Lien vers article dans la presse

RCI Guadeloupe (13/11/2020) : https://www.rci.fm/guadeloupe/infos/Environnement/Un-cahier-pour-comprendre-la-ressource-en-eau-et-le-changement-climatique-en

France Antilles Guadeloupe (11/11/2020) : https://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/environnement/un-webinaire-sur-la-ressource-en-eau-en-guadeloupe-et-le-changement-climatique-580152.php

France Antilles Guadeloupe (17/11/2020): https://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/environnement/nos-enfants-devront-apprendre-a-economiser-l-eau-580483.php

Meilleurs vœux 2020

Toute l’équipe de TCGNRG vous souhaite une excellente année 2020 à vous et vos proches !

Dans un environnement où tout semble s’accélérer au point de vue physique l’Humain doit rester au centre du problème en interaction forte avec son milieu (l’eau, la terre, l’air et la vie).

Nos peurs ne proviennent que de nos manques de compréhension ou de l’absence de vérité…The Caribbean Geophysical and Numerical Research Group (Le Groupe de Recherche Caribéen en Géophysique et Systèmes Numériques) aide à la compréhension, l’acquisition et la maîtrise des savoirs à l’échelle du globe ou de la ville.

TCGNRG propose des solutions dans des domaines allant de la production eau douce, l’évaluation des énergies renouvelables, la gestion des échouages de sargasses, la pollution marine et atmosphérique et l’atténuation des risques naturelles.

Best wishes for 2020

All TCG•NRG wish you and your relatives a Happy New Year 2020!

In an environment where everything seems to be accelerating from a Physical point of view, Human being must remain at the centre in strong interaction with her / his environment (i.e., water, earth, air and life)

Our fears only come from lack of understanding or absence of truth… The Caribbean Geophysical and Numerical Research Group helps to understand, acquire and master knowledge at the scale of the earth or a city

TCG•NRG offers solutions in areas ranging from freshwater production, renewable energy assessment, management of sargassum stranding, marine and atmospheric pollution and natural hazards mitigation.

CARISCIENCE 2019 – Guadeloupe

From October 20th to October 22th 2019 University of Antilles at the Fouillole Campus in Guadeloupe hold the annual meeting of the CAS (Caribbean Academia of Science) and of CARISCIENCE.

The conference CARISCIENCE 2019 “CARIBBEAN SCIENCE AND INNOVATION MEETING” was the opportunity to award Dr. S. Haque for important work she done in Astrophysics, research of life in the Universe and popularization of science through action for youth and scientific TV show.

It was also the opportunity for Pr E. Calais of the ENS France (French Higher National School) to reaffirmed the high utility and need of the Geoscience in the Caribbean. By his presentation “Research, Training and Innovation in Earth Science: a Caribbean perspective?” Professor Calais list main applications can be done by the geoscience to the community. One can regret that his presentation was essentially focused on Natural Hazard and did not mention utility for every day and life quality. In any case The Caribbean Geophysical and Numerical Research Group policy and aim was indirectly confirmed by this presentation. He validated again the project defended by TCG•NRG at the scale of the Caribbean region.

The two days of conference was focus on four main themes : Biodiversity; Health; Agronomy; Risk and Chemistry.

The session organized are listed bellow:

  • Biodiversity & Health;
  • Biodiversity-Chemistry;
  • Risk;
  • Chemistry;
  • Biodiversity & Agronomy.

The large diversity of theme present during this conference was the opportunity for the TCGNRG to present part of two studies done in collaboration with students of UWI Mona and the Physics Department at the Faculty of Science and Technology.

A poster on wave energy potential around Jamaica by Alton Daley : “The First Steps Towards The Realization Of Energy From Oceanic Waves In Jamaica”. Alton present in this poster some interesting result of his Mphil study, particularly sea state around Jamaica. The poster is accessible on this link.

The second work is an oral presentation on a first LoRa experimentation for sensor network in Jamaica. This work is part of the Zachary William Mphil and #JamGreenDesal project : Using LoRa P2P NetworkforAutonomous Seawater Quality Monitor for Green Powering Desalination Plant

Initial poster which should presented before change by organizer in oral presentation is available on this link.

The work presented during this conference were of good quality with many interesting subject focused on the Caribbean area one can site the presentation on conch of Dr. Dalila Aldana-Aranda : “Scientific Cooperation in the Caribbean: Queen conch (Mollusca) as indicator of Climatic Change.”

#JamGreenDesal Blog #Fr #3

Vert (Green en anglais) n’est pas seulement un mot à la mode, c’est aussi un concept fonctionnel qui tente de combler l’écart entre les lois de la Nature et les activités humaines. Les ressources limitées de la Terre ne peuvent que pousser l’être humain à utiliser de manière plus efficace et plus rationnelle l’énergie, les minéraux et les molécules organiques (matières végétales et animales).

Certaines personnes inconscientes pensent que nous pourrons trouver une deuxième planète à exploiter rapidement, mais cela ne sera pas le cas avant longtemps. Il est préférable de se concentrer sur ce qui est déjà disponible.

#EnergiesVertes #BesoinEnEnergie #EnergiesRenouvelables #Desalinisation #ChangementClimatique #EauPotable

Une enquête est toujours en cours pour mieux comprendre la relation entre la Jamaïque et l’eau douce. Si vous avez 5 minutes et que vous résidez ou avez résidé en Jamaïque, aidez-nous et répondez au sondage sur le lien.

#JamGreenDesal Blog #2

Desalination is the process will remove most part of the dissolved mineral from saltwater (sea water, ground water or salted lake). Several methods are available as filtration (Reverse Osmosis), thermal or chemical.

Jamaican Green Desalination Project tries to design adapted desalination plant powering by Green Energy available in Jamaica (Wind, Solar and Wave). In this second post the two main principles of the desalination are presented. All of those methods require energy to separate mineral (e.g., NaCl, Mg(OH)2, CaSO4, etc) from water (H2O).

A survey is still running to better understand relation between Jamaican and Freshwater. If you have 5 minutes and reside or have resided in Jamaica please help us and answer to the survey on this link

#GreenEnergy #EnergyNeed #RenewableEnergy #FreshWater #Desalination #ClimateChange #DrinkableWater #water #Cleanwater #AlternativeEnergy #Potablewater

#JamGreenDesal #Fr Blog#1

Quelques nouvelles: Le projet ‘Jamaican Green Desalination Project’ (#JamGreenDesal) a été officiellement lancé dans sa phase publique. Ce projet est une collaboration entre l’Université des West-Indies de Jamaïque (UWI Mona) et le TCGNRG. Dirigé par Zachary Williams à travers son Master. Pour plus d’informations suivre la page officielle du projet.

Ce projet tente de créer des outils permettant de concevoir une centrale de désalinisation alimentée par des énergies renouvelables (c’est-à-dire : solaire, éolien, énergie des vagues)

En parallèle, une enquête est en cours pour mieux comprendre la relation entre la Jamaïque et l’eau douce. Si vous avez 5 minutes et que vous résidez en Jamaïque, aidez-nous et répondez au sondage sur le lien

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc2CE4qNqlVrc5sp3uxKOlZx4khx4jwfT-LVzd8c3ajuvypQg/viewform?usp=pp_url

#JamGreenDesal Blog #1

Some news : The Jamaican Green Desalination Project (#JamGreenDesal) was officially launch in its public phase. This project is a collaboration between UWI Mona and TCGNRG. Led by Zachary Williams through his MPhil. More information are available on the official webpage

This project try to build the tools to design Desalination Plant powering by Renewable Energy (i.e., solar, wind, wave)

In parallel a survey is running to better understand relation between Jamaican and Freshwater. If you have 5 minute and reside in Jamaica please help us and answer to the survey on this link

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc2CE4qNqlVrc5sp3uxKOlZx4khx4jwfT-LVzd8c3ajuvypQg/viewform?usp=pp_url

Ramassage non préparé d’algues sargasses

De nombreuses villes impactées par des échouages de sargasse (Sargassum Fluitans et Sargassum Natans) tentent de réagir face aux différentes conséquences de cette présence de matière organique, vivante ou morte, en grande quantité. Les effets bien que maintes fois reproduits restent mal compris et non maîtrisés. Ils vont de la simple présence d’algues flottantes vivantes qui vont modifier le paysage, empêcher la baignade et/ou la navigation à la décomposition d’algues tassées sur une plage ou un enrochement en anoxie ou anaérobie (manque ou absence total d’oxygène). Ce dernier cas provoque la multiplication de micro-organismes spécialisés dans l’utilisation d’azote ou de soufre pour produire de l’énergie. Il provoque l’émission de bio-gaz tel que le sulfure d’hydrogène (H2S) et l’ammoniac (NH3).

Figure 1 [français]
Fig. 1 : Vue du port de Goyave depuis l’un des quais

Ces deux gaz ne sont qu’une petite partie des gaz émis lors de la décomposition anaérobie de ces algues considérées à tort comme étant toxique. Cette pseudo-toxicité ne dépend que des conditions de fermentation provoqué par les activités humaines. Les risques liés à l’exposition sur de longues périodes à des concentrations inférieures au seuil d’alerte, 5ppm pour le H2S révisé à 1 ppm par le Haut Conseil pour la Santé Publique le 08/06/2018, est sans aucun doute dangereux pour les voies respiratoire et la santé générale. Cela pour les personnes vivant ou travaillant à proximité de ces émanations de quelque mètres à plusieurs kilomètres.

Le ramassage, le nettoyage ou la biorédemption des algues sargasses ou de leurs déchets ne peut s’imaginer à l’aide des méthodes mécanisées classiques du fait de la nature de l’algue : petite ; chargée d’eau de mer et friable en phase de vieillissement. Les zones d’échouages, plages, mangrove, baies sont aux échelles des territoires insulaires caribéens toujours complexes et -écologiquement- sensibles à toutes modifications. L’utilisation d’une pelle mécanique sur des sols non stabilisés, les compresse et modifie les écoulements d’eau, rendant ces sols au mieux inutilisables pour une courte période de temps et au pire sujet à l’érosion.

Il ne sert à rien de ramasser des algues qui repartiront avec la prochaine marée ou de déplacer sable, roche et béton pour les éliminer d’une zone. La préparation de toutes opérations de nettoyage-ramassage-réhabilitation est essentielle. Elle doit comprendre l’adaptation des méthodes de ramassage, le respect des zones à traiter, la capacité à déplacer, stocker et traiter la matière organique ou minérale ramassée, tout en assurant la sécurité et la santé des personnes intervenants et des riverains.

Le cas de la commune de Goyave est un bel exemple. Sujet depuis plusieurs années (2014-2018) à des arrivages d’algues elle reste peu préparer à des opérations de ramassage dans sa petite zone portuaires. La zone de ramassage est un port situé dans une zone de forêt marécageuse fortement anthropisée et servant d’exutoire au réseau d’eaux usées et pluviales (Fig. 1). L’objectif n’est pas ici de jeter la pierre à une commune en particulier car peu de communautés dans le monde sont véritablement préparées à répondre à des sollicitations non permanentes tel que des pollutions de l’eau, de l’air ou du sol.

Figure 2
Fig. 2 : Photo de la mini pelle hydraulique utilisé dans le port de Goyave le 8-9 août 2018 avec godet modifié abîmé

Les récentes opérations de ramassage du 8 – 9 août 2018 le montre bien. La pelle mécanique hydraulique sur chenilles utilisée bien que de petite taille n’est pas adaptée au site et provoque des dégradations (Fig. 2). Le manque de sargasses en surface, en phase de vieillissement ces algues pélagiques perdent leurs flotteurs (pneumatophore) et coulent, a poussé à curé la zone. La non-adaptation du godet au raclage d’un fond rocailleux l’a abîmé (Fig. 2). La boue mélange d’argile, de matières organiques et plastiques ainsi que d’hydrocarbures est stocké sans précaution sur une zone de mangrove (Fig. 3) et dans une zone non surveillée réservée initialement à l’épandage de sargasse (Fig. 4). Le non balisage du chantier et l’absence de panneaux d’information posent des questions pour la sécurité des ouvriers et des passants. Les bio-salissures présentes, boues de décomposition de sargasse et de curage non sèches peuvent émettre des bio-gaz et augmenter localement les concentrations atmosphériques de H2S ou de NH3 (Fig. 5).

Figure 3 [français]
Fig. 3 : Photo d’un tas de boue stocké sur une ancienne zone de mangrove à proximité du port de Goyave

Cette opération de nettoyage n’a certainement eu aucun effet sur les niveaux de pollution atmosphérique les zones de production principales de bio-gaz n’étant pas dans cette zone. Mais elle permettra une meilleure qualité des eaux du port et donc des décompositions des algues sargasse moins impactant. Le coût environnemental, dégradation des biens publiques, pollution des sols et des eaux est par contre prohibitif comparativement aux bénéfices.

Figure 4 [français]
Fig. 4 : Photo d’épandage de boue du curage du port de Goyave sur l’arrière champ de la plage de Viard

Les échouages des algues sargasses doivent pousser à une meilleure organisation et à une meilleur gestion des travaux environnementaux. La complexité des lieux et des systèmes concernés, leur niveau bio-diversité impose une grande rigueur quant aux actions qui vont y être menée. Le TCGNRG* reste à votre disposition pour vous aider à mettre en place des dispositifs durables et adaptés à la gestion et au traitement des échouages d’algues, de matière organique ou de plastique.

Figure 5 [français]
Fig. 5 : Présence de bio-salissure sur un des quais du port Goyave après opération de curage
*Le Groupe de Recherche Caribéen en Géophysique et Système Numérique